Aller au contenu

Brecht die Macht der Manipulateure

Helke Sander

Démontage d’un système médiatique : en 1967, le groupe de presse d’Axel Springer est la cible d’une campagne, liée au mouvement étudiant, qui dénonce la « manipulation » de l’opinion qu’exercent les titres qu’il édite. Le film ne cherche pas à  décrire les actions de l’opposition extra-parlementaire, mais choisit de mettre en scène lecteurs du Welt et lecteurs du Bild. Par la confrontation des situations (des hommes d’affaires en voiture ou en avion, des travailleurs à  la pause, des étudiants en lutte) et des articles que lisent les uns et les autres, se dessine la communauté d’intérêt entre système de presse et l’appareil politico-économique, dont un exemple patent se joue alors autour de la guerre au Vietnam. La réalité bouscule le projet de film après l’attentat dont est victime Rudi Dutschke en avril 1968 : l’agresseur admet avoir été influencé par la presse…

Helke Sander

Née à Berlin, elle est tout d’abord comédienne et metteur en scène de théâtre à Helsinki. Elle y travaille ensuite pour la télévision, avant de retourner à Berlin en 1965. Elle y est secrétaire ou traductrice, tout en étudiant à la Dffb, de 1966 à 1969. En 1968, dans le fil du mouvement contre le groupe de presse Springer, elle fonde le « Comité d’action pour la libération des femmes », qui crée les premières crèches partagées. En1972, elle est la co-fondatrice du groupe de femmes « Du pain et des roses » et milite pour la liberté de l’avortement. Elle réalise de nombreux documentaires sur les questions de l’enfance et les problématiques féminines. En 1973, elle organise le premier festival de films de femmes, avec la réalisatrice Claudia von Alemann, et en 1974, fonde la célèbre revue Frauen und Film. Enseignante à la Hamburger Hochschule für bildende Künste (jusqu’en 2003), elle réalise son premier long métrage en 1977. En 1989 elle démissionne de l’Académie des Arts de Berlin pour protester contre le sexisme et le népotisme de l’institution. Elle crée l’Institut du cinéma et de la télévision de Brême. Helke Sander est aussi essayiste et écrivain.

Filmographie partielle :

Subjektitüde, 1966 (cm) – Silvo, 1967 (cm) – Brecht die Macht der Manipulateure, 1967-1968 – Die rote Fahne, 1968 (cm)

Kinder sind keine Rinder, 1968 (doc.) – Das Schwache Geschlecht muss stärker – werden (Histoires de femmes), 1969 (doc.) – Eine Prämie für Irene, 1971 – Macht die Pille frei ?, 1972 (doc.) – Männerbunde, 1973 (doc.) – REDUPERS (Personnalité réduite de toutes parts), 1977 (fic.) – Der subjektive Faktor (Le Facteur subjectif), 1980/1981 (fic.) – Wie geht das Kamel durchs Nadelöhr ?, 1981 (doc.) – Der Beginn aller Schrecken ist Liebe, 1983-1984 (fic.) – Felix : Muss ich aufpassen ?, 1986 (fic.) – Die Deutschen und ihre Männer, 1989 – (doc.) – Befreier und Befreierte, 1990-1992 (doc.) – Muttertier – Muttermensch, 1998-1999 (doc.) – Dorf, 2001 (doc.) – Mitten im Malestream, 2005 (doc.)

Production :
Helke Sander; dffb Deutsche Film- und Fernsehakademie Berlin; Suomen Televisio
Son :
Ulrich Knaudt
Photo :
Skip Norman