Aller au contenu

Olhe bem as montanhas

Ana Vaz

« Regardez bien les montagnes ! » : l’impératif vient de l’artiste Manfredo de Souzanetto, pendant les années de dictature au Brésil. L’exploitation minière était en train de détruire l’environnement dans l’État du Minas Gerais, dans le Sud-Est du pays. Par le biais du montage, Ana Vaz met en parallèle cette région et celle, géographiquement très éloignée, du Nord-Pas-de-Calais, également marquée par trois siècles d’exploitation minière. D’un côté, des montagnes érodées, dont les habitants subissent les glissements de terrain meurtriers. Les montagnes creuses, évidées, deviennent réceptacles d’une mémoire spectrale. De l’autre, en France, les traces de l’exploitation, un temps effacées, font aujourd’hui l’objet d’une revalorisation patrimoniale, et paradoxalement, les tas de déchets miniers sont devenus des montagnes, des réservoirs de biodiversité, la frontière entre nature et technique s’avérant insituable. La cinéaste surprend à  chaque plan, la poésie primant sur tout discours militant ou environnemental – ainsi de la séquence des scientifiques qui mesurent les chauves-souris sous la lune. Le « regardez bien » pousse vers le détail, la matière visuelle et sonore. Jamais cependant détachées du politique : un plan du ciel pris du fond d’un ravin suffit à  évoquer les fantômes de peuples indigènes éradiqués, dont subsistent encore cependant des peintures pariétales. (Charlotte Garson)

Production :
Commande et production Le Conseil Régional des Hauts-de-France, Fundação de Amparo à Pesquisa of Min

Dans la même section