Aller au contenu

Spell Reel

Filipa César

Au cours des années 1960, le leader du mouvement indépendantiste Amílcar Cabral en Guinée-Bissau envoie de jeunes gens se former au cinéma à  Cuba, pour qu’ils reviennent documenter la guerre de décolonisation contre le Portugal (1963-1974) et les premières années du nouveau régime. De ces images tournées par les cinéastes Sana Na N’Hada, Flora Gomes, José Bolama Cobumba, ou Josefina Crato, ne restent que quelques fragments, retrouvés en 2011 et restaurés par l’Arsenal de Berlin. Ce matériau fragile et incomplet, témoin de la naissance du cinéma guinéen, constitue le point de départ de Spell Reel, film aux multiples strates où l’artiste portugaise Filipa César fait résonner les temporalités et les luttes passées et présentes avec un montage polyphonique de récits et d’espaces. Dans sa forme expérimentale et collaborative, Spell Reel ne se donne pas seulement comme une aventure de la mémoire, mais aussi comme un geste puissant de transmission et de partage, dans lequel ce fragile héritage politique et artistique du cinéma guinéen trouve une actualité et une universalité saisissantes. (A.L.) suivie de la performance Palmistry Bubaque est une île de Guinée-Bissau. À l’époque de la première guerre mondiale, une usine allemande y fut construite qui soutenait l’effort de guerre. Aujourd’hui, ses ruines forment l’infrastructure du village et celle d’une mémoire jusqu’alors enfouie.

Production :
Filipa César, Spectre Productions, Filmes do Tejo II

Dans la même section