Aller au contenu

Wild Relatives

Jumana Manna

Élevée à  Jérusalem, formée en Norvège et résidant en partie au Liban, l’artiste et cinéaste Jumana Manna était prédisposée à  se saisir d’un événement qui a suscité l’intérêt des médias de par le monde : en 2012, le Centre international de recherche agricole dans les zones arides (ICARDA), qui avait dû s’exiler d’Alep au Liban en raison de la guerre en Syrie, a pu dupliquer la banque de graines préalablement archivée sur une île norvégienne afin de recréer sa collection. Wild Relatives saisit avec une grande fluidité, au présent et sans appareil didactique, l’articulation entre cette initiative d’envergure internationale et sa mise en place locale dans la Plaine de la Bekaa. Montant sur la bande son la grandiloquence enjouée de l’inauguration du centre et le quotidien de jeunes travailleuses agricoles migrantes, la cinéaste ne se contente pas d’un point de vue critique. La subtilité de son montage met en rapport les acteurs de cette vaste initiative, du routier chargé du transport des graines à  l’ingénieure qui évoque dans son laboratoire la recherche d’une graine « pure ». Riches propriétaires terriens libanais, fermier syrien réinstallé au Liban qui décide d’ouvrir une « maison des graines » à  usage local, prêtre norvégien en visite sur l’île de Longyearbyen, chacun est filmé en interaction avec la nature, même et surtout si, dans ce paysage, il est un exilé. Mais les « parents éloignés » du titre, ce sont aussi l’État et l’individu, mis en tension dans ces transactions : l’un peut-il régir, fût-ce pour son bien, le rapport à  la nature de l’autre ? (Charlotte Garson)

Production :
Jumana Manna, Aldeles AS, Ginger Beirut Productions

Dans la même section