Aller au contenu

Fail to Appear

Antoine Bourges

Isolde, assistante sociale dans un quartier défavorisé de Toronto, débute dans le métier ; ses démarches administratives font d’emblée ressentir le poids de cette action pourtant professionnellement codifiée : aider quelqu’un. Son « client », encore sous les verrous, n’apparaît d’abord que dans les courriers et les coups de téléphone qu’elle passe pour lui. Le titre, derrière son sens judiciaire (« manquer à  comparaître »), souligne cette absence : Eric Edwards, rétif à  tout procès, semble tout aussi imperméable à  la sollicitude d’Isolde. D’où vient d’ailleurs cette velléité d’aider des inconnus, parfois mentalement instables, menteurs ou installés dans le déni ? Isolde apporte une réponse, en évoquant devant son collègue ses études littéraires : elle aime les romans pour leurs personnages ; son métier reporte donc cette empathie sur des personnes réelles. L’ironie de son collègue ne doit pas tromper : Antoine Bourges livre peut-être ici la clef de son travail singulier de re-enactment, qui prolonge son court métrage East Hastings Pharmacy montré à  Cinéma du réel en 2012. Des acteurs jouent des scènes qu’il a observées dans la réalité ou improvisent « d’après des protocoles existants », selon les mots du cinéaste. Certains profils d’Isolde, muette et concentrée face à  Eric, ou le plan sur celui-ci seul chez lui, tête sur la table, acquièrent une puissance iconique. Ils conjurent le titre en faisant véritablement apparaître les êtres. (Charlotte Garson)

Production :
Medium Density Fibreboard Films, Film Forge

Dans la même section