Aller au contenu

Kinshasa Makambo

Dieudo Hamadi

« Reste à  la maison. – Mais maman, on va libérer le pays ! – Lumumba n’y est pas arrivé, alors… » La querelle qui ouvre Kinshasa makambo en dit long sur l’approche humble et directe de Dieudo Hamadi : nul besoin d’expliquer le contexte qui a poussé la jeunesse congolaise des années 2010 (en 2011 puis 2015, et, au moment du tournage, fin 2016 et début 2017) à  descendre dans la rue, face à  une répression violente, pour exiger la fin de l’interminable présidence de Joseph Kabila. Christian, militant du parti d’opposition, Jean-Marie, récemment torturé en prison, et Ben, de retour d’un exil forcé, se retrouvent à  plusieurs reprises dans de dangereuses manifestations et lors de réunions clandestines, où ils se posent des questions universelles sur la forme que doit prendre la lutte pour la démocratie : faut-il s’appuyer sur les partis existants ? Le leader octogénaire de l’opposition, Étienne Tshisekedi, se compromet-il en négociant ? La non-violence est-elle de mise face à  un régime violent ? Déjà  auteur d’un saisissant portrait de jeunes gens (Examen d’État, Cinéma du Réel, 2014), Hamadi signe un hommage fraternel à  une génération qui porte la rébellion à  bout de bras et dont les parents, personnages périphériques qui portent le poids d’aïeux charismatiques mais écrasants, ne semblent se soucier que de leur survie individuelle. (Charlotte Garson)

Dieudo Hamadi

Diplômé de l’Insas à Bruxelles, il a réalisé un film sur sa ville natale Kisangani mon amour.

Production :
Kiripifilms, Les Films de l’œil sauvage, Alva Film, Bärbel Mauch Film, Flimmer Film, ARTE, RTS, Al J

Dans la même section